Rolling Stones – Exil sur Main Street

Rolling Stones – Exil sur Main Street

Depuis plus d'un an, Je commençais à écrire sur mon album de rock préféré. je ramassais des matériaux, j'ai écouté les interviews, J'ai regardé un documentaire... J'ai écouté l'album lui-même une centaine de fois... Du coup, j'ai collecté beaucoup trop de matériel (vous avez la possibilité de revoir l'essence de l'essence de l'essence pressée). Je doutais de pouvoir refléter son humeur inhabituelle et l'atmosphère folle dans laquelle il a été créé. Nous parlons de "Exile on Main St." Rolling Stones avec 1972 an. Un disque sans "hits" majeurs et donc peu connu. Il faut vraiment écouter l'album plusieurs fois, le sentir. Cependant, c'est remarquable, qu'il est pratiquement impossible de s'en lasser. Et tu veux toujours y revenir.

C'est un album apprécié par de nombreux musiciens. Tom Waits a dit plusieurs fois, c'est l'un de ses albums préférés de tous les temps. Comme il dit: "Ce disque est comme un arbre de vie."

Mon premier contact largement compris avec les Stones a eu lieu pendant les vacances d'été, quand j'avais quinze ans. Puis j'ai atterri au camp dans une chambre avec mon copain, qui ne jouait rien d'autre de sa boom box, dans les discothèques, il faisait semblant les mouvements de leur chanteur, et à une question posée dans l'une des discussions plus approfondies - "Comment imaginez-vous Dieu?", a-t-il répondu... "C'est comme Mick Jagger, plus ou moins." Et même lui, il n'a jamais joué ce disque pour moi. J'ai dû entendre "Loving Cup", regarder le documentaire de Martin Scorsese, s'intéresser aux origines du morceau et... c'est ainsi que découvrir ces soixante-sept minutes de rock/blues à outrance.

Rocher du précipice

Pourquoi du golfe? Les Stones ont été condamnés pour possession de drogue, et d'autres cas attendaient de commencer - Richards et Jagger avaient déjà goûté à la cellule. Le groupe venait de sortir d'une bataille juridique d'un an avec Alan Klein pour les droits de leurs chansons (le gars s'est disputé, qu'il a les droits sur tout ce qu'ils ont enregistré et… tout ce qu'ils enregistrent). Pour ne rien arranger, le nouveau gouvernement travailliste vient d'introduire 93% impôt sur le revenu pour les personnes aux revenus les plus élevés. Comme l'a dit l'un des Stones : « Si vous gagnez un million de livres et avez soixante-dix mille, tu sais que quelque chose ne va pas ". Richards était prudent, qu'ils voulaient en faire un bouc émissaire de "tout le mal" du pays - et ce n'était pas difficile: Brian Jones vient de se noyer dans la piscine, lors d'un concert à Altamont leurs gardes du corps (Anges de l'enfer) ils ont poignardé un des spectateurs, quoi ... a été capturé sur bande, et Keith Richards et sa petite amie, Anita Pallenberg, ils étaient accros à l'héroïne, et c'était un fait bien connu. Comme le dit le célèbre guitariste, "Il sentit, que le gouvernement veut nous faire sortir de notre patrie. Ils craignaient notre influence grandissante et voulaient nous sortir de leur tête. » La décision a été prise: nous quittons. Où? Le choix s'est porté sur la France. Et c'est ainsi qu'a commencé l'exil - le titre "Exil".

Les épreuves de l'exil comportent de nombreux éléments. En dehors de l'évidence, c'est-à-dire. la distance des êtres chers, la nécessité de travailler dans un studio d'enregistrement improvisé, les bagatelles ont aussi fait des ravages. Bill Wyman s'est plaint: "Je n'arrivais pas à accepter de quitter l'Angleterre. j'ai détesté. Nous avons dû importer des bonbons anglais, Récupérer, et même du thé, qui, soit dit en passant, ne convenait pas du tout au lait français.” Et c'est vraiment amusant, c'est ce qu'ils mentionnent à propos des années, et pas o “le reste”…

 

Les Stones n'ont pas pu trouver un studio d'enregistrement approprié à Paris et ont finalement décidé de déménager dans la villa de Richards dans le sud de la France. Ils ont détourné leur studio d'enregistrement sur roues depuis la Grande-Bretagne, ils les ont garés dans l'allée des nouveaux locaux et se sont mis au travail. La Villa Nellcôte est devenue leur maison. Et tu peux être sûr, que ce n'est pas seulement leur exil qui a fait des ravages. Les Français n'étaient pas non plus contents d'être visités. Comme dit Pallenberg: "Finalement, la police s'est intéressée à nous. En plus je ne suis pas du tout surpris. Nous avions l'air suspect et nous avons vraiment joué la musique, très fort. Une fois je suis allé à Villefranche tout proche et... même là, on entendait des garçons jouer. C'était pendant la journée, et ils jouaient presque tous les soirs!"

Des conditions folles

Il s'est vite avéré, que ce n'est pas la meilleure maison possible, et cela ne fonctionne certainement pas comme un studio d'enregistrement. Tout d'abord, l'ambiance était particulière. Ce bâtiment, que les nazis utilisaient pendant l'occupation portaient encore des traces de leurs goûts. Richards a décrit sa création "comme essayer de faire un album dans le bunker d'un Fuhrer. L'ambiance y était très… germanique. Il y avait des croix gammées dans les escaliers... C'était très sympa à l'étage, à la manière de Versailles. Le sous-sol ressemblait pourtant à... "l'enfer" de Dante." Pas assez, qu'il y faisait parfois cruellement chaud - le saxophoniste se déshabillait régulièrement jusqu'en pantalon - , pourtant le plan d'étage était sans espoir. Il y en avait des tonnes. En conséquence, le piano a dû se tenir dans la cuisine, tambours dans la chambre, guitare dans un autre, la basse était dans le même, mais les amplis atterrissaient déjà dans le couloir. Le studio d'enregistrement lui-même, comme je l'ai mentionné, il se tenait dans l'allée. La communication était très compliquée - le producteur Jimmy Miller sprintait régulièrement de la console d'enregistrement aux membres du groupe et vice-versa, - et dans l'étouffement total les musiciens ne voulaient pas du tout commencer. Ai-je déjà mentionné, qu'en raison d'une forte humidité, les guitares ont commencé à s'accorder très rapidement?

 

De plus quand il semblait, que d'une manière ou d'une autre ils ont fait fonctionner la machine d'enregistrement, a annoncé Jagger, qu'il épouse Bianca Perez Morena de Macias - un modèle, né au Nicaragua dans la ville voisine de Saint Tropez. La presse internationale est devenue folle, tous les grands sont venus à la station balnéaire. Jagger est en voyage de noces (courte lune de miel), et après son retour, le groupe a déménagé dans une villa. Personne n'a pensé à enregistrer.

Où est tout le monde?

Après ça ne s'est pas amélioré non plus. Comme Watts l'a dit: "Mick était encore à Paris, où était Bianca - nous ne pouvions pas commencer à jouer. Nous avons travaillé à des heures aléatoires. Parfois, nous avons commencé avec le P. 23:00 et nous avons travaillé à travers 12 les heures, parfois le P. 10 le matin et aussi 12 heures de jeu. Cela n'avait aucun sens, pour y arriver, donc je vis avec Keith dans ce beau bordel qu'il a." Cela se reflète bien dans l'histoire de la chanson "Happy".. C'est l'une des rares chansons de l'histoire des Rolling Stones avec la voix de Keith, a été enregistré en une seule fois, quand Richards un matin (ou la nuit) il entra dans la salle de répétition et, las d'attendre le reste du groupe, commença à jouer avec les seuls présents (et pas endormi ) gens: le saxophoniste Bobby Keys et le producteur Jimmy Miller. Ce dernier était assis derrière les tambours. Dans les mots de Richards: "J'ai chanté Happy, Parce que je suis venu tôt pour la répétition une fois. Seuls Keys et Miller étaient assis là. Nous n'étions pas censés faire. À un moment donné, par ennui, j'ai pris la guitare et j'ai joué ce riff... On a commencé à m'enregistrer en jouant de la guitare et le résultat a atterri sur le disque. Plus tard, nous avons mis un saxophone baryton, une autre guitare et Jimmy Miller à la batterie. Nous avons juste commencé à jouer et à la fin de la journée nous avions une chanson, que tout le monde a aimé!"

 

Le bassiste Bill Wyman se souvient, que pendant les meilleurs moments, l'équipe travaillait tous les soirs de huit heures du soir à trois heures du matin. Comme il dit: "Tout le monde ne se présentait pas tous les soirs. C'était la principale source de frustration pour moi. Nous avons bien travaillé sur nos deux albums précédents et écouté le producteur Jimmy Miller. C'était différent dans la villa, et il a fallu du temps pour comprendre pourquoi. » Et ils étaient assez évidents. Visité par des personnalités telles que le célèbre écrivain William S.. Burroughs, Terrt Southern ou Gram Parsons, Richards s'est injecté des milliers de dollars d'héroïne en leur compagnie. Le dernier de leurs invités a été expulsé début juillet 1971, craignant une descente de police et voulant débarrasser la villa de la drogue. L'invasion a finalement eu lieu. Cependant, ce n'est qu'en 1973 an. Richards et Pallenberg ont été arrêtés en possession d'héroïne (et sa quantité ne les a pas récompensés pour la possession, mais pour le commerce). En conséquence, Richards a été exclu de France pendant deux ans, ce qui s'est traduit par aucun concert des Stones à l'époque.

 

Le journaliste américain Robert Greenfield, qui a vécu avec eux pendant un certain temps, a décrit la période de l'album dans son livre "Exile on Main St.: Une saison en enfer avec les Rolling Stones". Selon lui, Richards et Pallenberg étaient lapidés à jamais. Le calendrier des enregistrements était dicté uniquement par la présence et l'état des musiciens. Rien ne pouvait être planifié. Les seuls musiciens qui ne pesaient rien étaient: Wyman, Watts et Jagger.
Il est soutenu en cela par Tommy Weber - un pilote de rallye, qui a équipé Richards de drogue à l'époque: "Nous avons pris de la cocaïne là-bas, beaucoup d'articulations. Si vous vivez une vie décadente, tu y trouveras toujours des ténèbres. Cependant, nous avons passé ces jours à l'état de prairies. C'était avant que les ténèbres ne viennent. lever du soleil, annonçant le coucher du soleil plus tard. "

Magnifique, ambiance de folie

Et de fait, une atmosphère unique devait naître au milieu de toutes ces tensions et folies. Francuski fotograf Dominique Tarle, qui a immortalisé tout le processus de création de l'album, une longue série de superbes photos, il se souvient aussi de cette période avec une grande nostalgie: "Nous étions jeunes alors et c'était une époque de grande liberté, énergie et créativité. Pour moi, c'était un peu le paradis du rock'n'roll." Après l'exil sur la rue Main. Richards a plongé dans l'abîme de l'addiction - les enregistrements de leurs concerts datent des années 1970, dans lequel vous pouvez voir Keith à peine debout et errer sur scène avec la mauvaise expression dans ses yeux. C'était comme s'il se déversait en lui-même toutes les substances possibles, il a connu un pic créatif et s'est sifflé pour la prochaine décennie. Après avoir enregistré cet album, Jagger a repris le flambeau, Et les Stones n'ont plus jamais sonné aussi sexy, désespérément et sincèrement.

 

Et quelle est la différence entre les styles de leadership de ces deux musiciens ?? Keith Richards décrit clairement en quoi il diffère de Jagger: "Mick a besoin de savoir ce qu'il saura demain. Quant à moi, il me suffit qu'après le réveil je sache qui est autour. Semble être, que cette fois, la personnalité du guitariste des Stones avait pris le dessus. La musique est rock et sale, et le processus d'enregistrement est, pour le moins: le chaos. Potwierdza à Charlie Watts: "Une grande partie de l'album Exile a été faite avec une approche Richards pour travailler. Nous l'avons joué vingt fois, on laisse mariner les morceaux, moelleux, puis nous l'avons rejoué vingt fois. Keith sait ce qu'elle aime, mais a une approche très lâche. C'est vraiment un personnage très excentrique, une vraie bohème." Ce n'est que sous sa direction que cette histoire pourrait arriver: un jour d'automne 1971 année, un groupe de voleurs vient d'entrer dans la villa, par la porte principale et portait neuf guitares Richards, saksofon Keysa i bas Wymana. Les villageois étaient assis dans le salon à ce moment-là et regardaient la télévision. "Tout était tellement désorganisé là-bas...", Résume Wyman. Le vol aurait été commis par la mafia, Richards a traîné avec pour se procurer de l'héroïne. C'était leur méthode de règlement des factures impayées. Cependant, ils ne savaient pas tout à fait, quel groupe criminel a commis le vol - Richards s'est acheté des criminels locaux, avec un autre groupe de Marseille proche, et même - apparemment - avec la mafia italienne.. Greenfield, mentionné précédemment, décrit comment un Richards paniqué a acheté un bateau à moteur (que Mandrax a baptisé), il portait une arme avec lui et, avec Pallenberg, a développé un plan d'évasion rapide compliqué au cas où la mafia italienne voudrait les rejoindre.

Keith Richards dans les coulisses

Ce changement de leadership pour un album explique également pourquoi Jagger ne l'aime pas. Il l'a décrit à plusieurs reprises comme "sans but"., mauvais son". De plus, il s'est plaint du producteur, "Jimmy Miller ne fonctionnait pas très bien à l'époque. Je devais finir d'enregistrer et de monter moi-même. A part moi, il n'y avait que des ivrognes et des drogués… » C'est peut-être déroutant, que sa voix - oui, disparaissant parfois dans le son de la guitare - est probablement la plus émouvante et saturée d'émotions de cet album. Comment n'évaluerait-il pas cet album dans la deuxième phase de travail dessus ?, déjà au Sunset Studios à Los Angeles, il s'occupait de tout. Il a organisé le claviériste Billy Preston et le Dr John, un chanteur célèbre pour soutenir les chœurs. Au dernier moment, il a également ajouté les dernières paroles et ajouté des voix. Comme il le dit lui-même, le texte du premier single Tumling Dice " J'ai écrit quand je me suis assis avec notre femme de ménage et j'ai commencé à parler de jeu. je n'en savais rien moi-même, mais elle aimait vraiment jouer aux dés."

 

Comment résumer cet album, comment définir son libellé? Bleus sales, rocher de l'abîme, sexy, bujaj buce boogie. Ce n'est pas quelque chose que vous pouvez voir sur MTV en ce moment. Les bons garçons n'y jouent pas. En plus, une vague de son, tout blasé et impur. Comme Richards l'a dit récemment: „Exil sur Main St. était le premier album grunge. Vous pouvez sentir le désespoir sur le disque, joie malgré tout et beaucoup de puissance - une équipe adossée au mur, poursuivi, vilipendé dans les médias, mais croyant en leur capacité à survivre à tout. La voix de Jagger n'a jamais été aussi émouvante, et la guitare de Richards n'avait pas l'air si paresseuse. En plus, un harmonica, piano et trompettes. Jim Price et Bobby Keys jouant ce dernier, et le claviériste Nicky Hopkins ont versé des ténèbres dans ce disque, blues fou comme dans les bars de la Nouvelle-Orléans. Ressentir, qui enfermé dans une villa, un groupe détaché du grand monde, il a magistralement élaboré chaque morceau au cours des longues sessions - chaque élément a grandi de manière presque organique en jouant ensemble. Les Stones ne pouvaient pas rentrer chez eux, alors ils ont continué à jouer. Des morceaux comme "Tumbling Dice", « Rocks Off » czy « All Down the Line », ils prêchent la volonté de survivre, un « Shine a Light » czy « Happy », ils prêchent l'espoir malgré tout. Ajoutons un beau blues "Sweet Virginia", "Déchiré et effiloché", aime "Loving Cup", „Sweet Black Angel” i już wiemy czemu ten album musi tak często grać w naszym mieszkaniu. Richards powiedział : « Les Stones n'ont plus de maison, d'où l'exil, exilé, mais encore capable de faire son travail. Quoi qu'ils nous jettent, on sait encore esquiver, improviser, surmonter les obstacles. Maintenant c'est nous contre le monde, alors va te faire foutre. " - vous pouvez le sentir dans la musique, dans chaque note: Je préfère me battre et survivre.