Le sujet du film – Guerre polono-russe

Le sujet du film – Guerre polono-russe.

"La guerre polono-ruthène sous le drapeau blanc et rouge" est une adaptation à l'écran du roman à succès de Dorota Masłowska. A la fois le livre, ainsi qu'un film tourné fidèlement au prototype littéraire, est une sorte de commentaire abstrait et grotesque sur la réalité polonaise qui nous entoure au 21ème siècle. La force du film est justement l'actualité et l'authenticité des événements présentés de manière non conventionnelle avec une bonne dose de distance et d'humour..

Le film, et le livre sont une forme d'auto-commentaire. Dorota Masłowska apparaît dans le film (les actions de l'auteur sont également montrées dans la narration du livre), qui perturbe l'ordre fictif. Ici, le destinataire n'est pas tout à fait sûr, si ce qu'il voit à l'écran est un film hypothétique "vérité", ou est-ce juste le fruit de l'imagination de l'adolescente au début. Elle est présentée comme une diplômée du secondaire, qui au lieu d'étudier pour les examens, assis sur une feuille de papier, et devant ses yeux apparaissent les figures du Fort, Angèle ou Magda. Nous savons depuis le début, que ce qui se passe est contrôlé d'une certaine manière. Masłowska apparaît également en la personne d'une policière interrogeant Silny, dont il se rend compte à un moment donné, qu'il ne peut en aucune façon être responsable de son sort, parce que c'est juste un personnage de film, et le monde qui l'entoure, ce n'est qu'un modèle de réalité construit pour les besoins d'un plateau de tournage. Une autre scène, La seule chose qui détruit toute la construction de l'intrigue est la performance de Silny dans un studio de télévision, au cours de laquelle un jeune homme est exposé à la merci ou à la défaveur d'un public avide de sensations et épicé. Ainsi, déjà dans ce seul aspect, un large éventail d'histoires problématiques est révélé: nous avons donc un fil de commentaires automatique pour les développeurs, l'homme est montré (Puissant), qui ne peut pas être responsable de son sort en tant que créature contrôlée par quelqu'un ou quelque chose, la vérité de son existence est minée, et la possibilité du libre arbitre. Puissant, perdu dans un enchevêtrement d'hypothèses non résolues, il est perdu et ballotté, et seulement, ce qui lui reste face à une telle tournure des événements, c'est ... se cogner la tête contre le mur. Au sens propre!

"Guerre polono-russe" est aussi une sorte de réflexion artistique sur notre polissage paroissial. Nous voyons des héros – habitants de l'agglomération, errant paresseusement entre les blocs. Apparemment, ce sont des survêtements gonflés ordinaires, demoiselles peintes rêvant d'un riche "prince", qui les fera sortir de ce monde, petits usuriers et voleurs ou représentants fatigués de la classe moyenne passant leur temps libre avec des saucisses et un barbecue. Nous les regardons errer dans les arrière-cours remplies d'apathie, combats, événements spéciaux, rendre son moi misérable plus agréable grâce à divers types de substances intoxicantes, etc.. Nous voyons et évaluons le monde perçu à travers leurs yeux, nous entendons leurs propres opinions à ce sujet. Et tout cela est présenté aux téléspectateurs avec une énorme dose d'ironie dans un style comique. Une telle interprétation superficielle de la question, cependant, porte des couches de sens plus profondes. Car ici il s'avère, que les personnages sont des représentants spécifiques de certaines caractéristiques réelles visibles dans la réalité qui nous entoure au quotidien. Ils ont leurs problèmes, incertitude, ils remettent en question leur existence, essayer de rassembler des morceaux. ils aiment, ils détestent, ils se battent, Ils jouent, ennuyeuse, rêve etc..

Ennuyeuse, petit, La ville polonaise est pleine de personnalités diverses, lequel, si on les regarde de près, ils ressemblent beaucoup à nos amis, voisins ou copains du quartier. Un aspect extrêmement important, contribuer à l'authenticité du contenu présenté, il y a du langage dans le film, qui est un reflet fidèle du discours familier du "quartier".