Plus que 1000 victimes d'une chasse aux sorcières

Plus que 1000 victimes d'une chasse aux sorcières

Dans le cadre d'une chasse aux sorcières terrorisant le pays, les autorités gambiennes ont arrêté près de 1 000 personnes, qui ont été forcés de boire des décoctions hallucinogènes – a informé Amnesty International (IA). L'organisation de défense des droits humains a appelé le gouvernement du président Yahya Jammeh, qui prétend, qu'il peut traiter le SIDA avec des herbes, arrêter la chasse et juger les responsables. Les autorités gambiennes ont commencé à inviter des guérisseurs de la Guinée voisine pour combattre les sorciers indigènes, quand la tante du président est décédée plus tôt cette année, qui croit, que sa mort a été causée par la sorcellerie – dit l'IA. Depuis, les guérisseurs assistés par la police, armée, plus de 1 000 personnes ont été arrêtées par les agents de sécurité et les gardes du corps de Jammeh, la plupart du temps plus âgés, qu'ils accusaient de sorcellerie. Ces personnes étaient détenues dans des camps secrets et forcées de boire un verre, après quoi ils ont agi de manière chaotique. Beaucoup d'entre eux avaient des lésions rénales, et deux sont morts. Les détenus ont été forcés d'avouer leurs sorts et les ont battus jusqu'à ce qu'ils n'aient pas connaissance. La plupart des victimes de la chasse aux sorcières sont libérées après 2 fais 5 journées. Cependant, beaucoup sont terrifiés et craignent d'étendre la répression.

Il y a eu des détentions récentes 9 Mars dans le village de Sintet. Il était entouré de policiers armés de fusils et de pelles, qui a menacé, qu'ils enterreront tout le monde vivant, qui tentera de s'échapper. À propos 300 des hommes et des femmes choisis au hasard ont été emmenés en bus à la ferme privée du président. Là, selon des témoins, ils ont été déshabillés et forcés de boire “eau sale” fait d'herbes. “Beaucoup de ces gens, qui ont été forcés de boire des herbes, elle a eu la diarrhée et a vomi en étant allongée impuissante” – rapport de témoins. Des centaines de personnes ont fui vers le Sénégal voisin, quand leurs villages ont été attaqués.